NICK JORDAN

c'est une rubrique en parallèle à la lecture des Bob Morane, afin d'élargir la vision sur tous les types de lectures et de faire connaître d'autres auteurs et sujets auxquels nous ne pensons pas ou que nous ne connaissons pas.
Avatar de l’utilisateur
Anankè
Messages : 213
Inscription : 10 févr. 2014 à 14:43

NICK JORDAN

Messagepar Anankè » 27 déc. 2016 à 0:21

Il y a peu, je viens de me lancer dans la lecture des Nick Jordan, dont j'ai acheté la totalité des Marabout, (hormis un ou deux "récents" Pocket), et je ne suis pas déçu.
C'est pas complètement l'aventure et l'exotisme de notre Bob, mais c'est foutrement bien écrit, et bien documenté sur le sujet du monde de l'espionnage durant la guerre froide. En plus d'être magnifiquement illustré par Pierre Joubert, pour les couvertures, d'une part, et Henri Lievens, Dino Attanasio et Edouard Aidans d'autre part, pour les principaux illustrateurs des pages intérieures.

Je viens de terminer, à la suite :
"Nick Jordan rit jaune" (exotisme, mystères et saveurs d'Asie garantis),
"Jours de deuil pour Nick Jordan" (où un collaborateur et ami semble décéder dans l'aventure, mais est-il vraiment mort ? tiens, tiens, cela ne nous rappelle rien?),
"Sans nouvelles de Nick Jordan" (et on a une réponse à ma question précédente : "Mais pourtant, Fondin était bien mort ? "Sans nouvelles" ne boude pas son plaisir de nous surprendre en rebondissements, dont le moindre n'est pas cette résurrection de l'ami de Nick. Nous voilà à Haïti, dans l'île du rhum et du soleil, où Nick, d'avantage qu'avant, alliera humour et esprit d'équipe pour "cont'eca''er une tentative de 'évolution", créolement prononcée. De savants petits flash-back et traits humoristiques émaillent le récit, et nous sommes gratifiés de belles actions de commando. Un peu de dure réalité cynique saupoudre les quelques "dommages collatéraux" subis par d'aucun, mais Nick garde le panache français pour contrer le pragmatisme froid d'un de ses coéquipiers américains. Baranian, l'ennemi juré de Nick aura fort à faire. Au fait, ne demandez pas au "Vieux" des nouvelles de Nick, vous récolteriez la colère qu'il destine normalement à notre sympathique agent secret."),
ainsi que "l'heure H de Nick Jordan", (là on est de nouveau carrément de l'autre côté du rideau de fer, avec ses antagonismes identifiés clairement entre bloc de l'Est et de l'Ouest).

Je me jette maintenant à corps perdu dans une chasse au trésor (si, si, même Nick Jordan chasse les trésors) avec "la mer à boire pour Nick Jordan". :wink:

Si cela en intéresse d'aucun, je me fais fort de chroniquer humblement chacune des prochaines aventures de l'espion français.

Et au passage, je vous conseille le seul site sur Nick Jordan, tenu par un de nos collègues : https://leportaildetelly.com/nick-jordan/

Les aventures précédentes à "Sans nouvelles pour Nick Jordan" y sont décrites et évaluées par le webmaster, avec précision, mais pour les aventures suivantes, celui-ci me proposa sur un autre forum de poursuivre son boulot, ce que je ferais ici avec plaisir. :D
Avatar de l’utilisateur
Anankè
Messages : 213
Inscription : 10 févr. 2014 à 14:43

Re: NICK JORDAN

Messagepar Anankè » 28 déc. 2016 à 1:24

"La mer à boire pour Nick Jordan"

Alors d'emblée, le croirez-vous ou non, mais il y a de fortes raisons d'estimer plausible qu'un certain Roman Orgonetz se soit égaré d'une aventure de Bob Morane vers celle de Nick Jordan : un certain espion polyvalent, aux multiples talents, et qui présente une dentition partiellement aurifiée, vous ne rêvez pas, il s'y trouve bel et bien engagé dans cette mystérieuse chasse au trésor.

Car Nick Jordan endosse cette fois un costume encore d'avantage taillé pour l'aventure. Certes, le décor de la guerre froide, ainsi que les protagonistes en présence sont clairement identifiés : les services secrets d'Allemagne de l'est, de l'ouest, ainsi que le bloc communiste constituent la trame dans laquelle Nick doit tenter de retrouver un "trésor" nazi, dont la possession renforcerait l'une ou l'autre faction du monde du renseignement au détriment des autres.

Ah, oui, au chapitre technique, André Fernez nous gratifie enfin de d'avantage de réalisme : dans cet opus, il n'est plus question d'un miraculeux Nick Jordan quasi seul pour effectuer des filatures complexes. Nenni, nous avons enfin la vérité du monde de la filoche. Pour tout lecteur qui l'ignorait, pour filer un seul homme 24/24h, il faut compter plus ou moins 40 hommes (pour les filatures en véhicule, trois voitures de deux équipiers, les copilotes pouvant se transformer en filocheur à pied si nécessaire, deux équipes de trois filocheurs à pied attitrés - il faut être trois minimum pour assurer la discrétion d'une filature d'un homme qui connaît les procédures de contre-filature -, ainsi que deux ou trois "sous-marin" de deux hommes d'équipage - les véhicules statiques sur le point de logement du suspect, souvent des fourgonnettes camouflées, aux vitres teintées, etc.-, l'ensemble de cet équipage devant être relevé toutes les 12 à 16 heures, ne pouvant se permettre de fermer un oeil ne fut-ce qu'une minute durant leur filature)
Bon, c'est vrai que pour les frissons des pérégrinations de notre espion favori, on peut pardonner allègrement à André Fernez de lui laisser la part belle, sinon il n'y aurait pas lieu de baptiser ces aventures comme celles de Nick Jordan. Mais cette évolution vers d'avantage de réalisme méritait d'être soulignée.

Bref, une véritable aventure de Nick Jordan, d'avantage encore que les précédents "compte-rendu" des états de services d'un agent de renseignement. Nick Jordan y prend en effet de plus en plus d'initiative, et s'impose encore d'avantage comme maître du jeu, même s'il se fait toujours un point d'honneur à donner le change au "Vieux", qu'il nargue volontiers, mais avec le respect cabotin d'un gamin pour un grand-père facétieux :P

Voilà, j'aurais également aimé partager cette humble chronique sur un autre forum d'avantage dédié à Nick Jordan, mais une anomalie indépendante de ma volonté m'en empêche. (soit dit en passant, cette "anomalie" devrait se renseigner sur l'existence des ip fixes, et des ip dynamiques, et se demander ce qu'il advient lorsqu'on coupe un modem pour le rebrancher ensuite :wink: )

Si aucun vent contraire ne survient d'ici là, je vous propose un prochain avis pour ma prochaine découverte dans la collection que je viens de me procurer, avec
"Nick Jordan hurle avec les loups".

Sans nouvelles de ma part, considérez moi comme mort en service :mrgreen:

:D
Avatar de l’utilisateur
Anankè
Messages : 213
Inscription : 10 févr. 2014 à 14:43

Re: NICK JORDAN

Messagepar Anankè » 29 déc. 2016 à 13:52

"Nick Jordan hurle avec les loups"

Théâtre des opérations : la Jordanie
Enjeux : économiques et géo-stratégiques, bien sûr. Il s'agit pour la France de pouvoir négocier de juteux contrats pétroliers avec le royaume des Hachémites, concurrents farouches des Wahhabites arabes, mais il est aussi question de tenter de passer un accord pour obtenir des droits d'exploitation sur un gisement d'uranium.

Les grands acteurs en présence sont donc les services de renseignements français, d'une part, et des groupes terroristes sous la férule d'un certain Bardieff, dont les buts sont de fomenter suffisamment de troubles en Jordanie, d'affoler les populations afin de forcer les nations impérialistes à utiliser la force au lieu de paisibles négociations pour rétablir la paix. Et ainsi, inciter la Jordanie à se tourner vers de plus "honnêtes" partenaires, plus au nord et aux couleurs politiques plus rouges.

Dans ce jeu de quilles, Nick Jordan hurle avec les loups tout du long de l'aventure : c'est la première fois qu'il est si longtemps infiltré "undercover" chez l'ennemi et qu'il prend même part à des actions avec eux.
Au chapître technique, outre ses connaissances en judo et jiu-jitsu, Nick nous démontre qu'il est excellent tireur et qu'il pratique aussi la savate.
L'amitié se mêle de ses tribulations, avec Fondin comme acolyte, et Vanine, un collègue et ami mal en point que Nick devra récupérer dans un camp de réfugiés palestiniens où il avait trouvé refuge, grâce à un jeune adolescent arabe à qui il avait sauvé la vie.

Cela se lit facilement d'une traite, on n'a pas le temps de souffler.

Dès que possible, je passe à "Nick Jordan contre GX17"
Avatar de l’utilisateur
Anankè
Messages : 213
Inscription : 10 févr. 2014 à 14:43

Re: NICK JORDAN

Messagepar Anankè » 29 déc. 2016 à 23:12

"Nick Jordan contre GX17"

Cette fois-ci, c'est le Danemark qui se proposera comme terrain d'aventures pour Nick Jordan.

Un espion à la solde du S.D.E.C.E transfuge et qui fuit la RDA, passant d'un côté du rideau de fer à l'autre par la mer baltique, de Rostov au Danemark, et qui ne sera finalement pas celui que l'on croit.

L'occasion pour Nick de retrouver d'anciennes connaissances, comme Olga Marischka (voir "l'heure H de Nick Jordan"), qui travaille pour les services de renseignements de l'Allemagne de l'ouest, ou de faire connaissance avec d'éminents agents des services américains, la C.I.A.

Et dans cette course à la récupération d'un dossier secret concernant la défense de la RDA, c'est par le curieux prisme de la myopie et de la presbytie que Nick démêlera le vrai du faux.

De l'action, à volonté (Nick payera souvent de sa personne dans ce périple), et du rebondissement en profusion : mais malgré tout, pas le plus exaltant des Nick Jordan que j'ai lu jusqu'à présent. Question de sensibilité.

J'espère mieux avec "Carte blanche à Nick Jordan"
Avatar de l’utilisateur
Anankè
Messages : 213
Inscription : 10 févr. 2014 à 14:43

Re: NICK JORDAN

Messagepar Anankè » 31 déc. 2016 à 15:07

"Carte blanche à Nick Jordan"

Décidément, il devient plausible d'envisager que André Fernez et Henri Vernes se seraient repiqués des idées l'un à l'autre : dans "la mer à boire", on se frotte à un ersatz d'Orgonnetz (ce dernier lui étant antérieur dans la chronologie des Marabout), alors qu'ici, un service indépendant de mercenaires cherchant à marchander du renseignement voit dans ses rangs une somptueuse espionne aux yeux légèrement bridés (mais blonde tout de même, nul caractère asiatique ici). Et ce n'est que deux ans plus tard qu'apparaîtra miss Ylang-Ylang, dans "terreur à la Manicouagan".

Soit, c'est sans doute un hasard.

Ici encore, alors que l'enjeu (un rapport confidentiel sur des accords militaires franco-allemands) sert de prétexte à une lutte entre les services de renseignements de tout bord, français, ouest-allemand, est-allemand, égyptien entre eux, d'une part, et une association de mercenaires du renseignement, d'autre part, c'est Nick Jordan qui va très vite tirer les ficelles d'une vertigineuse mise en scène. Chaque chapitre nous gratifie d'un rebondissement et de révélations qui, sans cesse, éclairent les rôles de chacun sous de nouvelles perspectives.
Jusqu'à la fin, on est même abusé par les manigances de personnages qui semblaient pourtant bien insignifiants.
L'action (bien qu'il y ait un peu moins d'actions proprement dites) se déroule aux Pays-Bas, principalement.

J'espère encore pouvoir finir "Nick Jordan au pied du mur" avant la fin de mes congés, et avant de devoir repasser donc à un rythme plus tempéré d'une lecture hebdomadaire.
Avatar de l’utilisateur
Serge
Messages : 7693
Inscription : 15 mai 2004 à 8:21
Localisation : Laneuveville devant Nancy

Re: NICK JORDAN

Messagepar Serge » 31 déc. 2016 à 15:37

Je n'ai pas lu beaucoup de Nick Jordan ... mais les couvs de Joubert suffisaiient à mon plaisir... :wink:

Image
Avatar de l’utilisateur
Masque Jade
Messages : 6495
Inscription : 22 janv. 2004 à 22:04
Localisation : Jura

Re: NICK JORDAN

Messagepar Masque Jade » 31 déc. 2016 à 16:18

Eh oui, Serge tu as bien raison... :D

Il n'est peut-être pas inutile de dire et redire que s'il n'y avait pas eu les couvertures de Joubert, qui nous attiraient, nous intriguaient, nous interpelaient et nous emmenaient déjà sur les chemins de l'aventure lorsqu'elles s'affichaient sur les présentoirs Marabout ou aux vitrines des librairies, les Bob Morane (Et oui, lui aussi...), les Nick Jordan, les Kim Carnot, Les Lorraine, et autres Dylan Stark, sans parler de beaucoup des Marabout Junior, n'auraient certainement pas eu les succès qu'ils ont connus. :D
«Oui, monsieur, moi, je descends du singe. Mais vous, vous y remontez !»
Alexandre DUMAS.
Mon avatar est un fragment d'un dessin de CORIA, inédit , original et personnel.
Avatar de l’utilisateur
Serge
Messages : 7693
Inscription : 15 mai 2004 à 8:21
Localisation : Laneuveville devant Nancy

Re: NICK JORDAN

Messagepar Serge » 31 déc. 2016 à 16:46

Et juste pour le plaisir ... : :wink:
Les Dylan Stark
Image
Les Jo Gaillard
Image
Les Gil Terrail
Image
Les Lorraine
Image
Les Kim Carnot
Image
Wren
Messages : 108
Inscription : 22 juil. 2003 à 21:44
Localisation : Buxy (71)
Contact :

Re: NICK JORDAN

Messagepar Wren » 01 janv. 2017 à 11:50

waouh c'est magnifique vu comme ça !

je n'ai pas l'a^ge d'avoir connu ces couv's, mais c'est clair que c'était attirant !!
Avatar de l’utilisateur
Anankè
Messages : 213
Inscription : 10 févr. 2014 à 14:43

Re: NICK JORDAN

Messagepar Anankè » 01 janv. 2017 à 19:30

Aah oui, Pierre Joubert ! Faut avouer que, sans lui, je suis même pas certain que j'aurais aussi facilement accroché aux premiers romans de Bob Morane que l'un de mes premiers professeurs de français m'offrit de lire.

Sinon,

"Nick Jordan au pied du mur"

Madagascar : île déjà prometteuse d'exotisme dans les aventures auxquelles Nick aura à y participer.
Et cette fois, d'avantage d'action que dans le précédent opus (je commence à me demander si André Fernez n'a pas délibérément alterné les romans d'action avec ceux plus centrés sur les intrigues et complications "scénaristiques".)
De mousson en cyclones, Nick devra mouiller sa chemise, au propre comme au figuré, pour mener sa barque parmi les éléments déchaînés de sous le tropique du Capricorne.

Dans cette aventure, Nick devra enquêter sur un groupement subversif, supposé à la solde des "rouges", ayant pour but de mettre le dawa dans cette île ayant récemment acquis son indépendance.
Parmi ses alliés impromptus, une ravissante et très jeune eurasienne aux yeux myosotis, à qui Nick devra rappeler qu'il n'est pas "Arsène Lupin, Tintin ou Bob Morane", défenseur de la veuve et de l'orphelin, et à qui cette dernière rétorquera qu'elle "n'est plus une petite fille". :wink:
Mais d'autre part, il aura aussi l'occasion de s'associer temporairement avec un agent concurrent, russe et émanant donc du camp de ses "ennemis" désignés. Une brève amitié naîtra de cette alliance brève, mais virile et franche.
Face à eux, déjà, et donnant à André Fernez une aura de pythonisse en matière de géopolitique, les services secrets chinois (et leurs commanditaires intéressés), salivant sans vergogne sur le continent africain et ses dépendances, aux fins d'asseoir leurs ambitions économiques et politiques.

Superbe aventure, une de mes préférées.
Je repars sur un rythme hebdomadaire avec le prochain "Signé Nick Jordan"
Avatar de l’utilisateur
Anankè
Messages : 213
Inscription : 10 févr. 2014 à 14:43

Re: NICK JORDAN

Messagepar Anankè » 05 janv. 2017 à 19:22

"Signé Nick Jordan"

Un peu déroutant, au début, cette aventure narrée à la première personne par le héros lui-même. Lorsque c'est habituel, cela passe facilement, mais ici, ce n'est pas de cette manière qu'André Fernez nous habitua à déguster ses romans.
Ce n'est pas trop mal, après tout : cela permet une certaine connivence plus propice à affiner notre connaissance de la psychologie de Nick.

Nous voilà plongés dans une aventure cubaine post-"baie des cochons", où l'ennemi communiste infiltré en Havane cherche à étendre sa sphère d'influence politique aux îles avoisinantes. Les plans de cette campagne font l'objet de la chasse au trésor aux microfilms, - et surtout à l'acheminement de ceux-ci à bon port - dont Nick Jordan sera l'acteur principal. Durant ce périple plein d'actions et de dépaysement, il se fera le porte-parole du scepticisme de André Fernez à l'endroit d'un improbable succès des contre-révolutionnaires anti-castristes, (et l'avenir lui donnera raison), mais il se frottera également et à nouveau à de cornéliens états d'âme lorsqu'une amitié naissante dans l'adversité se trouvera soudain entâchée par des enjeux cachés, sans être condamnables.
Diantre ! Je suppose qu'une fois sa retraite prise, Nick devrait faire la fortune d'un bon psychanalyste.

D'ailleurs, je m'empresse de prendre le volume suivant pour voir comment il se débrouillera, avec "Nick Jordan jette du lest"
Avatar de l’utilisateur
Anankè
Messages : 213
Inscription : 10 févr. 2014 à 14:43

Re: NICK JORDAN

Messagepar Anankè » 07 janv. 2017 à 23:42

Anankè a écrit :Il y a peu, je viens de me lancer dans la lecture des Nick Jordan, dont j'ai acheté la totalité des Marabout, (hormis un ou deux "récents" Pocket), et je ne suis pas déçu.
C'est pas complètement l'aventure et l'exotisme de notre Bob, mais c'est foutrement bien écrit, et bien documenté sur le sujet du monde de l'espionnage durant la guerre froide. En plus d'être magnifiquement illustré par Pierre Joubert, pour les couvertures, d'une part, et Henri Lievens, Dino Attanasio et Edouard Aidans d'autre part, pour les principaux illustrateurs des pages intérieures.

Je viens de terminer, à la suite :
"Nick Jordan rit jaune" (exotisme, mystères et saveurs d'Asie garantis),
"Jours de deuil pour Nick Jordan" (où un collaborateur et ami semble décéder dans l'aventure, mais est-il vraiment mort ? tiens, tiens, cela ne nous rappelle rien?),
"Sans nouvelles de Nick Jordan" (et on a une réponse à ma question précédente : "Mais pourtant, Fondin était bien mort ? "Sans nouvelles" ne boude pas son plaisir de nous surprendre en rebondissements, dont le moindre n'est pas cette résurrection de l'ami de Nick. Nous voilà à Haïti, dans l'île du rhum et du soleil, où Nick, d'avantage qu'avant, alliera humour et esprit d'équipe pour "cont'eca''er une tentative de 'évolution", créolement prononcée. De savants petits flash-back et traits humoristiques émaillent le récit, et nous sommes gratifiés de belles actions de commando. Un peu de dure réalité cynique saupoudre les quelques "dommages collatéraux" subis par d'aucun, mais Nick garde le panache français pour contrer le pragmatisme froid d'un de ses coéquipiers américains. Baranian, l'ennemi juré de Nick aura fort à faire. Au fait, ne demandez pas au "Vieux" des nouvelles de Nick, vous récolteriez la colère qu'il destine normalement à notre sympathique agent secret."),
ainsi que "l'heure H de Nick Jordan", (là on est de nouveau carrément de l'autre côté du rideau de fer, avec ses antagonismes identifiés clairement entre bloc de l'Est et de l'Ouest).

Je me jette maintenant à corps perdu dans une chasse au trésor (si, si, même Nick Jordan chasse les trésors) avec "la mer à boire pour Nick Jordan". :wink:

Si cela en intéresse d'aucun, je me fais fort de chroniquer humblement chacune des prochaines aventures de l'espion français.

Et au passage, je vous conseille le seul site sur Nick Jordan, tenu par un de nos collègues /
https://leportaildetelly.com/nick-jordan/

Les aventures précédentes à "Sans nouvelles pour Nick Jordan" y sont décrites et évaluées par le webmaster, avec précision, mais pour les aventures suivantes, celui-ci me proposa sur un autre forum de poursuivre son boulot, ce que je ferais ici avec plaisir. :D


"Nick Jordan jette du lest".

Oui.
Comme Anankè.

Vu l'absence totale de manifestation d'intérêt sur ce topic de forum, par rapport à mes très modestes chroniques concernant les +/- dix dernières aventures de Nick Jordan, je vais continuer à me faire plaisir à lire le reste des aventures de notre espion, mais ne plus en partager mon ressenti, et ainsi ne pas alourdir inutilement ce sujet.

Comme indiqué dans le message cité, il y a déjà un aficionado bien plus qualifié que moi qui pourrait poursuivre le partage de la passion de Nick Jordan : https://leportaildetelly.com/nick-jordan/


Pour ce qui me concerne, libre à chacun de me communiquer en pm toute correspondance visant à discuter de Nick Jordan.

Vive l'aventure !

:D
Avatar de l’utilisateur
O R Gaunetse
Messages : 509
Inscription : 14 sept. 2015 à 18:04

Re: NICK JORDAN

Messagepar O R Gaunetse » 09 févr. 2017 à 12:15

Moi, je ne suis point intervenu, mais j'ai tout lu :mrgreen: !
Il ne faut point confondre
"Faire à sa guise"
Et
"Se faire de Guise"
Henri III
Avatar de l’utilisateur
Serge
Messages : 7693
Inscription : 15 mai 2004 à 8:21
Localisation : Laneuveville devant Nancy

Re: NICK JORDAN

Messagepar Serge » 09 févr. 2017 à 14:39

Pas mieux ! :wink:
Mais de toute façon je n'ai jamais accroché aux Nick Jordan...comme tout ce qui est policier/espionnage (à part les films de James Bond !), je préfère de loin l'aventure classique, le fantastique, la SF...
Avatar de l’utilisateur
Anankè
Messages : 213
Inscription : 10 févr. 2014 à 14:43

Re: NICK JORDAN

Messagepar Anankè » 09 févr. 2017 à 17:07

Certes, c'est pour ces raisons que je place toujours Bob Morane au top des publications Marabout, car il y a d'avantage de richesses dans les univers narratifs multiples qu'il explore (et il y eut tout de même quelques aventures proches du milieu de l'espionnage également ;) ).
Nick Jordan, c'est très spécialisé, mais j'aime bien la manière d'écrire de André Fernez. Et le héros est attachant aussi.

Revenir vers « Salon de lecture »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités