BD - Le carnet de Roger

c'est une rubrique en parallèle à la lecture des Bob Morane, afin d'élargir la vision sur tous les types de lectures et de faire connaître d'autres auteurs et sujets auxquels nous ne pensons pas ou que nous ne connaissons pas.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
cachi
Messages : 1834
Inscription : 05 avr. 2005 à 20:23
Localisation : la vallée infernale

BD - Le carnet de Roger

Message par cachi » 20 nov. 2011 à 17:34

Critique d'une BD peu ordinaire
Personnellement, mon père réussit à fuir les Ardennes, à regrouper une partie de ses troupes sur la Loire pour livrer une ultime bataille où peu survécurent. Blessé, il parvint dans la région de Valençay où il se terra dans une ferme pendant plus d'un an. De retour dans l'Angoumois, la police vichyste lui courut après et il dut rejoindre le maquis du grand Marcel en Charente Limousine.
3 ans plus tard, le maquis libéra toute la région jusqu'à la poche de Royan qui ne céda qu'en 1945.
Mais il est vrai que la plupart de ses camarades furent prisonniers de guerre dès mai 1940.
Et c'est cette histoire que conte la Bd de Florent Silloray.
[img]
http://lecarnetderoger.blogspot.com/
[/img]
1939. Roger, un jeune maraîcher de la région nantaise est mobilisé. Ca ne lui plait pas et il ne croit pas aux discours sur la victoire facile. Il a raison. Ils seront deux millions de soldats français à être faits prisonniers. Rares seront ceux à pouvoir se faire la belle.
Roger, lui, s’évade en notant dans un petit carnet qu’il appellera « L’exilé » tous les faits de cette grande geste pitoyable. Des Ardennes au Stalag IV de Mülhberg, le plus grand stalag allemand (10.000 prisonniers croupissant dans des conditions lamentables et qui préfiguraient d’autres camps plus mortels). Arrivé au Stalag en mai 1940, il en sort pour rejoindre une mine en en Prusse Orientale qu’il ne pourra quitter qu’en 1945.
L’intérêt de cette BD réside surtout dans la découverte du carnet du « papy » par son petit fils à la mort de celui-ci. Florent s’attachera alors à refaire le « chemin de croix » de son grand-père. En Allemagne, il sera aidé dans ses recherches par un allemand de sa génération dont le grand-père, lui, a fui le front de l’est avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer.
Un parcours bouleversant d’anti-héros pris dans les méandres de la grande histoire. Le dessin est précis, se passe le plus souvent de la facilité des bulles et restitue toutes ces images peu glorieuses mais bien réelles. A découvrir aux Editions Sarbacane, une édition en couleurs largement illustrée de 110 pages pour 25 Euros. [/img]
moranien para la vida

Répondre